Encore a Velo

Publié le par rvetrv

Apres un passage de frontiere qui ne figurera pas parmi nos meilleurs souvenirs, nous decidons de partir a la rencontre des dauphins d'eau douce sur le Mekong, pres de Kratie. C'est accompagnes en mobilette que nous longeons le fleuve en direction du petit port de Kampi. Cette escapade nous permet de commencer a nous familliariser avec un nouveau pays : le Cambodge. Des maisons plus cossues, aux toits ouvrages avec epis decoratifs, bordent la route. Les visages sont bien differents de ceux du Laos. Nous decouvrons des profils typiquement Khmers et pensons deja a l'etape suivante : la visite d'Angkor.


Kratie - dauphins d'Irrawaddy


Province de Kratie - village cambodgien

Dans le bus qui file vers Siem Reap, ville etape pres d'Angkor, Herve D se demande si l'omnipresence des touristes, le deplacement des groupes et le bruit des vehicules, ne risquent pas de gacher l'evenement. Il est vrai que l'experience du Taj Mahal le rend un peu febrile. Arrives a destination, un tuk tuk nous prend directement en charge et file jusqu'a l'hotel ou nous comptons poser nos sacs a dos pour une semaine. Legerement en retrait du brouhaha de la ville, c'est au bout d'une petite impasse calme, que se niche le Palm Garden Lodge (9 dollars en double avec ventilateur, petit dejeuner inclus, et en prime les velos et Internet gratuits). Au passage, nous remercions Aurelie et Morgan pour le bon plan. Ce petit avre de paix, nous permet de deguster doucement le cadeau immense s'offrant a nous.


Siem Reap - le marche central


Siem Reap - rue animee tot le matin

A Siem Reap, le plus etonnant reste la gentillesse des cambodgiens. Bien que le flux des touristes y soit continuel, les autochtones demeurent d'une grande douceur, toujours souriants et a l'esprit jeune et joueur. Nous sommes egalement enchantes par le magnifique travail de l'organisation Artisans d'Angkor. Creee en 1999, en collaboration avec le Ministere des affaires etrangeres francais, l'initiative permet a des jeunes defavorises, souvent orphelins, d'apprendre un metier, d'en vivre et de perpetuer l'artisanat khmer.


Siem Reap - atelier d'Artisans d'Angkor


Siem Reap - Artisans d'Angkor, modeles de sculptures

L'emotion est immense et le lieu trop vaste pour trouver un superlatif susceptible de decrire la capitale des rois khmers hindous du Moyen Age. Parcourir les nombreux temples du site d'Angkor reste une experience a vivre une fois dans sa vie. Cette cite mythique comptait en son temps plus d'un million d'habitants, alors qu'a la meme epoque Paris n'etait qu'une petite bourgade de 30.000 ames. Decouvrir Angkor dans sa totalite peut sembler une tache immense. Toutefois, a part quelques sites recules, comme ceux de Banteay Srei, Kbal Spean et de Beng Mealea, la grande majorite des temples peut facilement se visiter a velo, une fois le forfait de visite achete et en poche.

60 dollars par personne pour un forfait d'une semaine, cela peut paraitre exhorbitant. Mais une telle merveille n'a pas de prix. En revanche, la repartition de la dime nous reste un peu en travers de la gorge. Sur la totalite du prix du billet, seuls 10% sont utilises a des fins de restauration des sites, 15% revienne a une societe petroliere gerant en partie les lieux et les 75% restant tombent directement dans la bourse du Ministere des finances cambodgien. Constatant l'etat des routes et de l'amenagement urbain de certains quartiers de Siem Reap, on est en droit de penser que l'usage de cette mane continuelle n'est pas adapte.

Notre sesame plastifie dans une main et notre guidon de bicyclette dans l'autre, nous sommes enfin prets pour partir a la conquete de ce qui peut etre considere comme l'une des plus belles merveilles du monde. Deja, nos coeurs commencent a battre la chamade, quand nous commencons a contourner Angkor Vat
par l'ouest pour rejoindre Bayon. Devant nous, des douves impressionnantes de 190 metres de large, nous separent du plus grand lieu religieux jamais construit au monde. Quelques tours de roues supplementaires et nous arrivons a la porte nord d'Angkor Thom, ouvrant le bal avec un gopura aux immenses visages de pierre et sourires enigmatiques. Nous lachons nos velos pour savourer cette premiere belle recontre au beau milieu d'une jungle assourdissante.


Angkor Thom - entree nord


Angkor Thom - visage mysterieux

Au cours de cette semaine, nous allons de surprise en surprise. Tout est beau et rien ne nous laisse indifferent. Une vie entiere ne peut suffir pour decouvrir l'ensemble architectural
avec minutie, tant le jeu des lumieres et de la nature changeante doit donner une vision des temples differente selon les saisons. Nous ne remercierons jamais assez Jacques, internaute, qui, grace a des conseils eclaires, nous a permis de structurer notre exploration de ce vaste musee a ciel ouvert.


Banteay Smare - detail


Banteay Srei - reproduction a la chaine

Voici une petite recette bien pratique pour visiter les lieux : quelques combines bien fraiches du moment, un soupcon de bon sens et deux doigts de patience. Grace a ce cocktail detonnant, vous pourrez visiter Angkor Vat en evitant la foule bruyante des groupes gregaires
. Le tout a consommer sans moderation ! Ainsi, nous retrouvons-nous seuls au beau milieu du temple pendant quelques heures au moment du dejeuner. Une benediction ! A notre rythme, nous degustons les epoustouflants bas-reliefs datant du 11eme siecle dans un silence quasi monacal, carressant des yeux les representations les apsaras (nymphes celestes). Il en existe plus de 3.000 reparties sur l'ensemble des murs interieurs et exterieurs du site d'Angkor Vat ; chacune possede un visage unique.

  
Angkor Vat - apsara d'autrefois                   petite fille khmere d'aujourd'hui


Angkor Vat - facade nord-est

Decrire dans le detail chaque temple risquerait de transformer le reve en cauchemar. Afin de vous epargner une indigestion de gopura, vats et stupas, voici une selection de nos plus belles emotions. Tout ceci reste subjectif bien entendu. Nous ne pretendons nullement detenir la clef de la reussite pour la visite de ce site archeologique unique.


Angkor - Ta Som

Ta Phrom
remporte la palme du site le plus romantique. Le temple est perdu dans une foret dense dont les fromagers plusieurs fois centenaires engloutissent leurs immenses racines dans les interstices de pans de murs entiers. Mousses, lichens et plantes grimpantes donnent des tons vert bronze aux pierres de cet edifice construit vers la fin du 12eme siecle. Une vaste operation de restauration a lieu actuellement redonnant aux arcades une seconde jeunesse. Il est interessant de s'y attarder quelques instants afin de commencer a comprendre la complexite de la tache des restaurateurs face a un tel jeu de construction.


Angkor - Ta Phrom


Angkor - Ta Phrom et les racines des impressionnants fromagers

De loin, le temple de Bayon peut ressembler a une ruine sans grande coherence. Cependant, au fur et a mesure que l'on s'approche du site, les 216 visages enigmatiques figurant sur les tours gothiques commencent a se dessiner. Ce lieu prend toute sa dimension quand on y penetre. Alors que la majorite des visiteurs se precipite pour voir le coucher de soleil sur Angkor Vat, Bayon reste etonnamment calme. Pourtant, la lumiere rasante et orangee du crepuscule donne a ce majestueux temple encore plus de mystere.


Angkor Thom - Bayon


Angkor Thom - bas-relief de Bayon

Banteay Srei, l'un des plus petits edifices d'Angkor, est un bijou de dentelle. Cisele dans un gres rose et jaune, ce site en retrait degage une telle delicatesse, que l'on affirme que ses sculptures raffinees ne peuvent etre l'oeuvre que d'une femme. Il est preferable de le visiter tres tot le matin en louant un tuk tuk depuis Siem Reap. Les foules y sont particulierement denses des 8 heures du matin.


Banteay Srei - vue d'ensemble


Banteay Srei - detail de fresque

Nous conseillons aussi de visiter Preah Khan, tres loin d'avoir revele tous ses secrets, Banteay Kdei aux racines envahissantes et Baphuon, actuellement en cours de restauration par une equipe franco-cambodgienne, dont les explications sont particulierement instructives.


Kbal Spean - rocher naturel sculpte dans le lit de la riviere


Banteay Smare - vue interieure

Desormais, nous doutons fortement du vieil adage qui pretend que l'on est malheureux comme la pierre. Dans leur infinie prestance, les gres, dans lesquels les temples d'Angkor sont tailles, representent une fete permanente. Une semaine passee parmi eux aura ete plus qu'un coup de coeur, une etape particulierement forte de notre voyage en Asie.

Publié dans Cambodge

Commenter cet article

blondeau 28/03/2009 19:35

waaaaa! boubi quand estcequ'on y va a Angkor?
c'est boooo!
et saperly la feignasse elle est ou? planquée sous les racines?
bisou de los blondos

Mylène PEPIN 27/03/2009 00:07

Hervé et Hervé,
Quelle merveilleuse aventure... et merci de nous la faire partager au fur et à mesure. Ce que vous vivez est vraiment génial ! Je n'avais pas encore pris le temps de vous envoyer un petit message, mais je pense bien à vous. Profitez-en bien encore.
Biz - Mylène

Mouty 26/03/2009 17:43

C'est vrai de plus en plus beau... Quelle merveilleuse étape !! Merci pour ces photos très belles et bien prises.. sujet très intéressant à continuer... Bravo !
Bonnes grosses bises
MF M

Christine 26/03/2009 10:49

Hello les copains,
Contente de voir que les hordes chinoises ne semblent pas avoir déferlé sur le site comme on me l'avait dit et que Angkor ne s'est pas trop disneylandisé. Un petit tip en passant si le coeur vous en dit : le centre de masseurs aveugles que vous trouverez sans pb. L'expérience vaut vraiment le coup .... vous embrasse, christine

ROY Franck et sa petite famille 24/03/2009 21:58

Merci ! Merci ! Merci ! C'est si magique et magnifique que j'en ai la chair de poule !... je vous embrasse ! Franck