Tokyo 180

Publié le par rvetrv

La ville est la ! Tel un masque de kabuki, elle nous regarde droit dans les yeux, sans tricher. Nous sommes arrives a Tokyo ! De prime abord, la capitale du Japon n’aime pas les faux-semblants. Elle se livre tout net et d’un bloc, en opposition entre jardins et beton.




Apres avoir depose nos bagages a Asakusa, le cœur battant de la ville basse, le quartier d’affaires de Shinjuku est notre seconde destination avec son bataillon de gratte-ciel. Vite ! nous nous envolons en moins d’une minute au dernier etage du plus haut batiment de la ville, le Tokyo Metropolitan Government Building - autrement dit, l’hotel de ville - une sorte de ruche administrative portant pour l’heure haut et fort les couleurs de Tokyo comme candidate a l’organisation des Jeux Olympiques de 2016. Les deux tours jumelles de l’edifice domine la cite a pres de 250 metres au dessus du plancher des vaches, mais on est bien loin d’etre a Varanasi ici.



Le jardin Shinjukugyoenmae


Tokyo Shinjuku et son bataillon de gratte-ciel


Une vue plongeante du Tokyo Metropolitan Government Building

Nous souhaitons bonne chance a Tokyo. Nous lui souhaitons surtout bon courage, vu l’etat de delabrement moral et le manque de transparence du CIO depuis une bonne vingtaine d’annees. La situation merite d’etre rappelee. Nous nous faisons porte-parole a notre petit niveau afin de denoncer cet etat de fait.



Le quartier de la gare centrale

      
Une ville multicolore entre nuit et jour

Qui a dit que Tokyo est une ville inhumaine ou il est impossible de trouver son chemin? Certes, a priori, se reperer dans cette fourmiliere n’est pas aise, car nous constatons avec surprise l’absence quasi totale de noms de rue. Toutefois, la gentillesse des tokyoites n’est pas une legende et en plus d’etre impeccables, les stations du metro sont numerotees et inscrites en anglais en tout lieu. De plus, tout est fait pour que les aveugles y soient autonomes dans leurs deplacements, alors pourquoi pas les valides ?



Tokyo Ochanomizu - Jeu de construction

    
Entre metro a l'ancienne et Yurikamone futuriste

On peut ainsi parcourir en toute securite, avec une bonne carte et grand plaisir, les quartiers phares de la ville : Asakusa le populaire, Shijuku le pressé, Ginza le luxueux et Shibuya l’excentrique, sans oublier Odaiba, le quartier pres des anciens docks, gagne sur la mer, la cite du 21eme siecle avec son Yurikamone, un train a pilotage automatique qui flotte sur les eaux et enjambe l’immense Rainbow Bridge tel un manege dans une fete foraine a grande echelle.



Tokyo Ginza ...


... un air de Time Square et ...


... l'empire du luxe


Tokyo Shibuya - chaotique et excentrique

Tokyo demeure la cite culturelle la plus developpee d’Asie. Tel un Paris d’Extreme Orient, les musees y foisonnent et une jeune generation d’artistes eclectiques, decomplexes et touche-a-tout, comme ceux exposant au Musee d’Art Contemporain, y devoile les tentances des annees a venir.



Le Musee d’Art Contemporain


Monstrueuse Saperly en technicolor !


Bien sur, vous ne serez pas etonnes d’apprendre que Saperly ne pouvait rate ce passage. Elle evolue a souhait dans cette univers urbain tel un poisson dans l’eau. Apres un bout d’essai peu convainquant pour une super production intitulee « Monstrueuse Saperly », elle vient tout juste d’etre engagee par une societe de dessins animes et est en passe de devenir une star.


Saperly, la star des cartoons a Tokyo


Autres stars nipponnes omnipresentes

Nous aussi nous goutons notre plaisir. Au cours des trois dernieres semaines, le Japon nous est apparu comme plus incroyable et surprenant qu’attendu. Les visites de Beppu, d’Hiroshima et d’Okayama nous ont particulierement marques. Kyoto notamment a raisonne comme un poeme et une promesse d’avenir pour la planete. Depuis la signature de son celebre protocole eponyme, la ville est devenue synonyme d’espoir pour tous.

Avec des infrastructures etendues, efficaces et propres, sans toutefois alterer les delais et la qualite de vie des usagers, le pays fait aujourd’hui la demonstration que la mise en place de transports en commun soignes et prioritaires contribue largement a la limitation des emissions des gaz a effet de serre. Tokyo ne fait pas exception a cela. Malgre son gigantisme, la ville reste une megalopole ou il fait bon respirer et se deplacer.


Tokyo, l'ecologie urbaine


Des transports rutilants arrivent ainsi a l’heure ; les annonces sont legion ; les conducteurs de bus et de tramways demeurent d’une probite a toute epreuve et jouent imperturbablement de l’oreillette afin de communiquer entre eux et faciliter le trajet ; les controleurs quant a eux saluent imperturbablement les passagers en courbant legerement l’echine a chaque changement de voiture. Nous sommes tous les jours ebahis par ces pratiques et surpris par l’absence de 4X4 et plus generalement par le peu de vehicules individuels circulant en ville.

Malgre ce penchant marque pour l’ecologie urbaine, l’hygiene demeure la preoccupation premiere des japonais. Pour orchestrer le tout, un seul mot d’ordre : la discipline. Le japonais s’abstient de telephoner dans la rue, il n’y fume pas et il n’y mange pas. Ainsi, l’aspect utilitaire et formel traverse-t-il cette societe seculaire de part et d’autre. Tout y est pense dans le sens de l’optimisation a outrance et de la prevention, parfois-meme jusqu'a l’obsession.

La modernite japonaise teintee de tradition bouscule nos reperes et nous surprend au quotidien. Herve D n'oubliera pas ce salon de coiffure dans le sud du pays ou les prestations sont prepayees a l'entree a l’aide d’un automate distributeur de tickets et ou la coupe se termine a grand coup d’aspirateur sur la tete. Ca decoiffe ! Nous nous souviendrons aussi de ce concierge d’hotel, lors de notre passage a Fukuoka, tres embarrasse par le fait que nous, deux hommes, demandions une chambre double meme en twin beds, et qui a tarif equivalent s’est arrange pour nous placer dans deux chambres mitoyennes.

Entre tradition et modernite, la societe japonaise reste donc petrie de codifications qui ne sont pas exactement synonymes de tabous, mais plutot de regles immuables. On peut enfreindre les codes vestimentaires, cependant, ne pas respecter les regles d’un point de vue comportemental, c’est s’exposer a des difficultes relationnelles avec les autres, face a des interlocuteurs genes, pas forcement agressifs, mais qui quoi qu’il en soit auront une reaction de rejet collective et solidaire.



Pourquoi pas ?


Plus traditionnel

Nous garderons aussi longtemps le souvenir de notre premier diner a Fukuoka ou le gout des takamaki et maki resonne encore en nos palais. L’ambiance restaurant de quartier et vieux messieurs cuisiniers ajouta un rien de chaleureux a l’aspect gustatif.


    

La French touch et Saperly qui ne s'est pas trompe de table pour notre depart


Les immanquables sushis, bon appetit !


Au Japon, la nourriture est variee et facilement accessible, a la difference des distributeurs de billets qui de façon surprenante n’acceptent que rarement la carte Visa pour retirer des especes. Il faut parfois tourner longtemps pour reussir a se reapprovisionner. Cela fait partie des nombreux paradoxes, tout comme les kilometres de cables electriques qui parcourent les ruelles des villes pourtant impeccablement tenues. Cela contribue au charme du pays d'une certaine maniere.


 


La lac Yawagushiko dans la region du Fujiyama


Demain soir, 25 mai 2009, 180eme jour apres notre depart, nous serons de retour en France. Tokyo aura constitue le point d’orgue d’un projet de plus d’un an - en comptant sa preparation - qu’il nous aura tenu a cœur de mener jusqu’au bout a l'instar de ce blog, en parcourant huit pays, de multiples provinces et un patchwork d'ethnies et nations asiatiques. Des centaines de visages reviennent a nos memoires, nous ne sommes pas prets de les oublier.


Tokyo - 25 mai 2009, 5h30 du matin

Grande va etre notre emotion, une fois passee la barriere blanche de la petite maison de Normandie ...

                                                                          

Merci a toutes celles et a tous ceux qui, tout au long de notre aventure, nous ont contactes et encourages. Vos sympatiques commentaires sont arrives a nous comme autant de petits moments de bonheur precieux.

Herve Dohen et Herve Martin – ambasia@orange.fr

Saint-Pierre des Loges, vendredi 11 juin 2009

Publié dans Japon

Commenter cet article

Sébastien 25/09/2011 22:44


Bonjour,

J'ai assisté cet après-midi à la présentation de votre carnet de voyage, et je dois dire que j'ai été enthousiasmé par la qualité de vos photos (et de vos dessins).

Par ailleurs, j'ai été surpris d'apprendre que vous aviez embarquer un simple compact pour votre périple.

Après la présentation, je vous ai cherché pour parler de tout ça, en vain :( Avez vous un email à me communiquer, je n'en vois pas sur votre blog.

Je vous ai laissé mon email avec le commentaire, j'espère qu'on pourra se contacter bientôt !

Merci d'avance et encore bravo pour cette sympathique présentation.

Sébastien


sandrine 30/11/2009 11:29


Hérvé!!! on t'a rectrouvé!!! par Monica, on est les f12!! quel bonheur!!! et moi je suis sandrine, j'ai aussi un blog!
http://le-blog-de-sandy-swensson.over-blog.com/

milbiz!!! tu n'as pas changé!!!


eliane 04/09/2009 09:00

Merci pour ce beau voyage en Asie. Votre blog est magnifique et surtout j'ai retrouvé des endroits où nous sommes déjà allés. Vos photos sont très réussies.

Zofia 23/06/2009 13:21

Voilà! C'est bon! Je suis conquise par votre reportage sur le Japon. Vos photos sont belles. Grâce à vos textes, on comprend mieux ce qu'est le Japon. Et moi, voilà, j'ai maintenant très envie d'y aller et surtout de vous voir pour que vous me racontiez, et pas juste le Japon! A bientôt.

Andrée 22/06/2009 12:58

Extraordinaire ce voyage que j'ai fait en fauteuil grâce à vous qui avez rempli vos yeux et votre mémoire de souvenirs pour la vie entière.
Six mois de préparation, une bonne narration à partager pendant six mois, encore longtemps pour en parler car à chaque rencontre votre famille, vos amis seront pendus à vos propos et quelle expérience pour la suite.
Bravo et merci
Andrée