Bouddha au pays des shinto !

Publié le par rvetrv

Dans notre petit train impeccable, nous filons doucement depuis Hiroshima vers Okayama. Nous sommes le 10 mai, Herve M fete aujourd'hui ses 40 printemps. Ce matin, nous n'avons pas pu nous empecher de fondre en larmes devant notre cafe. La fin approche, les milliers de visages souriants qui ont parsemes notre voyage se bousculent dans nos esprits et tous ces souvenirs nous immergent. Quelle experience !

Nos epanchements du moment tranchent avec les japonais qui nous semblent etre uniformes et constants dans leurs traits de caracteres. Deux adjectifs principaux nous viennent a l'esprit. Ce peuple est incroyablement reserve et serviable. Selon les cas, cela peut friser l'obsequiosite, voire meme degage une sorte d'indifference. Etrangement, la diversite des looks et des styles de vie, le tout fondu dans une modermite ou la technologie est centrale, n'entache en rien cette attitude et ce comportement assez neutre tout nippon qu'il soit. En fait, il s'agit d'un heritage culturel qui aux yeux des occidentaux passe pour etre d'un extraordinaire exotisme et d'une exceptionnelle longevite.

  
Japon, pays de constance, entre modernite et tradition

La visite de l'ile de Miyajima, ce symbole fort du Japon eternel, aura represente un moment fort. Ce petit village de deux mille ames, haut lieu du shintoisme, est connu pour son torii de 17 metres de haut rouge vermillon, plante dans le sable. depuis des siecles, il fait fi des elements et se mire dans la mer interieur face au sanctuaire Itsukushima-Jinja. En maree haute l'ensemble prend toute sa dimension.

  
Miyajima - nature et spiritualite                  Miyajima - ceremonie shintoiste


Miyajima - le sanctuaire de Itsukushima-jinja


Miyajima - Saperly pose pour la carte postale devant le Torii geant

Meme si le monde technologique dans lequel le pays evolue est facteur de competition, de performance et de stress, le Japon persiste a cultiver un certain art de vivre. Le concept de wabi-sabi, s'opposant a l'idee formelle d'ordre et de rigueur, se base sur la reconnaissance de la beaute sereine et melancolique des choses imparfaites, impermanentes, incompletes et depouillees, il tend a considerer l'instant a sa juste valeur et se consacre a l'essentiel, la beaute vraie de ce qui passe. Il s'agit d'un style de vie qui apprecie l'esthetisme naturel des choses et les valeurs simples. Cette philosophie est basee sur le fait que rien ne dure, que rien n'est jamais termine et que donc tout reste imparfait, y compris soi-meme. Il s'agit d'une acceptation des choses petites ou grandes a leur juste niveau d'authenticite.

Bien qu'au Japon, dans beaucoup de formes artistiques le resultat peut paraitre d'une simplicite presque evidente, la maitrise provient generalement de la recherche du soi dans le silence, laissant alors peu de place au hasard et a la fantaisie. Dans l'art de la presentation de la nourriture (kaiseki), mais surtout dans l'art floral (ikebana), alors que les occidentaux tendent vers l'accentuation des couleurs et des formes par le nombre et la diversite, les japonais se concentrent sur l'aspect essentiel et lineaire, axe sur trois points, le ciel, la terre et l'humanite.


ikebana, l'art du bouquet japonais

De la meme facon, on retrouve ce souci d'absolu et de non clinquant dans le jardin japonais concu pour etre modifie par l'homme et esthetiquement ameliore par la patine du temps. L'arbre vieillit et le bois se deteriore. Dans l'evocation miniaturise des elements - la mer, la terre et l'eau - les jardiniers japonais recherchent des formes simples et asymetriques s'opposant a celles rationnelles et abstraites.


Okayama - le jardin Koraku-en


Okayama - le jardin Koraku-en

Le jardin Koraku-en d'Okayama, domine par son chateau eleve au bord de la riviere Asashi, a ete concu sur une vingtaine d'hectares des la fin du 17eme siecle et est considere comme l'un des trois plus beaux jardins du Japon. Il y regne un silence qui force au respect. Ce jardin oscille entre vallons, etangs et arbres subtilement tailles. L'eau y est omnipresente, surgissant d'une petite cascade ou s'etirant doucement dans des cours d'eau ou carpes Koi et tortues nagent paisiblement. Naturellement, nos pas ralentissent comme pour ne pas perturber le temps qui semble s'arreter. Chaque perspective a ete minutieusement etudiee. Cette flanerie enchanteresse est le lieu ideal pour feter l'anniversaire d'Herve M avec nostalgie et poesie.

Nos pensees restent encore empruntes des formes gracieuses et de la douce musique aquatique qui caraterise si bien ce jardin d'eden sur le trajet qui nous mene vers le chateau d'Himeji. Surnomme "le heron blanc" de part sa forme, cette forteresse force le respect. Entouree de douves profondes et de hauts murs d'enceinte. elle est comme posee a une hauteur vertigineuse, sur une solide base de pierres seches, taillees avec precision. C'est un pur modele defensif dont sa forme se stabilisera en 1608. Le tout se trouve protege dans un ecrin de verdure bouillonnante qui se detache de l'architecture noire et blanche des lieux aux lignes pures et graphiques.


Himeji - le chateau, patrimoine mondial classe a l'Unesco

  
On a pas ose le costume de Dark Vador !

Nous continuons a remonter le temps pour mieux comprendre la riche histoire du Japon qui a notre grande surprise s'avere etre multiple et forte d'influences diverses. En visitant les temples bouddhistes et shintoistes de la region de Nara, les superlatifs pleuvent. L'Horyu-ji, premier site japonais classe a l'Unesco, regroupe les plus anciens batiments en bois du monde. Apres avoir franchi la porte Chu-mon encadree de deux gardiens Nio en terre cuite chacun au regard peu engageant et datant de 711, on decouvre le Kondo, le plus ancien et le plus sacre des edifices abritant des effigies d'une tres grande valeur. Le musee propose aussi de magnifiques pieces anciennes, dont une statue de la deesse Kudara Kanon en bois de camphrier et le tabernacle de l'imperatrice Surko, tous deux datant du 8eme siecle, de la periode Asuka.


Environs de Nara - site d'Horyu-ji


Nara - l'interieur du temple Kofuku-ji

L'exploration historique se poursuit a Nara, une bourgade champetre au charme desuet, mais abritant quelques merveilles de poids. En longeant le mur d'enceinte nous menant vers le temple de Daibutsu-den, rien ne laisse percevoir ce qui nous attend derriere. Ce n'est qu'arrives devant la porte sud du site, que nous sommes litterallement subguges par le gigantisme de l'edifice considere comme le plus grand batiment en bois du monde et ne couvrant pourtant que les deux tiers de sa taille d'origine suite a une reconstruction en 1709. A l'interieur, se trouve le plus grand bouddha de bronze du pays.


Nara - le temple Daibutsu-den sur le site de Todai-ji

A ce stade de notre visite du Japon historique et religieux, notre obsession est d'echapper aux grappes de collegiens et lyceens qui se font de plus en plus nombreuses sur les sites compte tenu du joli mois de mai. Nous nous isolons sur les hauteurs de la ville plus a l'est, au Nigatsu-do, ou nous jouissons d'une belle vue sur Nara. Malgre nos tentatives d'evitement, nous sommes vite rattrapes par les groupes accompagnes de leur guides aux megaphones assourdissants. Alors que ceci enleve grandement a la magie des lieux, nous devons faire avec.


Collegiens japonais en sortie de classe ... Allez, on se lache !

Meme si tous ces batiments peuvent se targuer de superlatifs pompeux, ils restent neanmoins concus dans le respect des lignes pures sans fioritures inutiles. Il ne semble pas qu'il y eut une volonte de pretention et de performance dans la conception, mais plutot d'offrir aux dieux des demeures dignes de leur force. Ainsi, a notre grande surprise, le Japon est l'un des pays que nous avons traverses ou la spiritualite est reellement palpable, loin d'un affichage qui parfois mene au ridicule ou au fanatisme.


Spiritualite et quotidien au detour d'une rue


Ablutions pratiquees avant d'entrer au temple, c'est aussi un jeu d'enfant


Ceremonie shintoiste - serieux et recueillement

Publié dans Japon

Commenter cet article

marie-laure morand-terrien 27/05/2009 16:17

c'est toujours un moment agréable de vous lire. Bien sur on comprend votre blues à l'idée de retrouver la France , la crise, sarko, etc....
mais quand même quelle belle aventure!!
merci de la partager

Andrée 27/05/2009 00:24

Alors que devez avoir déjà posé les pieds sur le sol français, je me régale de vos dernières lignes en différé.
Merci pour toutes vos belles photos et pour vos récits de voyages.
Vu sur le G.T.de mai page 56 que Saperly a un(e)cousin(e) en partance vers d'autres horizons à l'ouest- la compétition va être rude! Et bravo pour votre article dans ce même magazine.

christine 26/05/2009 17:58

Hello les RV, j'imagine aisément votre nostalgie par anticipation ... et pourtant...
la leçon d'impermanence du wabi sabi semble tomber à pic ! Bises affectueuses à tous les deux et special dédicace à Hervé M ...

Marie-France 24/05/2009 17:36

Merci entre autre, pour les jolis bouquets d'Ikebana... J'adore cet art que je pratique ou plutôt essaie de pratiquer !! Quel beau voyage...Que de souvenirs... merci +++ pour ce partage si vivant et intéressant... Nous en aurons appris... des choses ! A bientôt- Bisous

Carole 24/05/2009 17:16

Bon anniversaire Hervé !
C'est fou ce que vous vous ressemblez dans vos peignoirs spirituels...
;-)
Merci pour vos souvenirs, vos photos et vos écrits de grande qualité, votre générosité et votre partage !
Amitiés !
Carole